Algérie, les services de sécurité mobilisés

Partages

Le site 360, proche des services de sécurité du Maroc, spécule sur la possibilité d’un « printemps arabe » en Algérie, ou du moins sur le risque d’émeutes urbaines.

Des informations confiées aux sites Algérie patriotique et Al-Araby Al-Jadeed, généralement bien informés, indiquent que des mesures de sécurité exceptionnelles ont bien été prises par la police et l’armée en Algérie, en raison des risques d’émeutes urbaines qui pourraient se greffer sur les manifestations prévues les 22 et 24 janvier.

Le 360 développe ce scénario d’un possible embrasement de la rue algérienne en se référant à des informations rapportées par les sites d’information Algérie patriotique et Al-Araby Al-Jadeed, citant des sources sécuritaires algériennes.

La menace Al-Qaïda au Maghreb

Ainsi, «les services de sécurité seront obligés de se mobiliser et de maintenir le niveau d’alerte à son maximum durant toute cette période», auraient précisé ces sources. «Dans le même cadre, des unités antiémeutes de la police ont été déployées autour des édifices publics et des infrastructures», ajoutent-t-elles, soulignant que «des mesures strictes ont été données aux agents de la police pour privilégier le dialogue et le self control avec le public, et éviter toute provocation».

Selon d’autres sources sécuritaires citées par le site d’information Algérie patriotique, généralement bien informé auprès des sources sécuritaires, les autorités algériennes «ont pris des mesures strictes pour éviter des débordements dans les villes où sont prévues ces actions de rue, les 22 et 24 février prochains.

Partages