Algérie, le grand déballage judiciaire continue de plus belle !

Le fils de Djamel Ould Abbasl, l’ancien secrétaire général du FLN sous le règne du Président Bouteflika a été arrêté à l’aéroport international Simon Bolivar de Maiquétia au Vénézuéla.

La guerre contre la corruption en Algérie devient un immense théâtre burlesque où chaque acteur est le réalisateur d’un scénario digne de Netflix. Ce sont des dénonciations judiciaires en cascade qui permettent à des oligarques corrompus de torpiller un adversaire ou de se racheter une virginité, c’est selon. L’arrestation d’Al Ouafi Ouled Abbas, fils de l’ex secrétaire général du FLN, n’est qu’une carte qui se joue entre les différents clans militaires en pleine compétition.  A travers lui, certains cherchent à affaiblir le général Tartag, l’ex tout puissant patron des services sous Bouteflika qui a été partiellement acquitté, mais maintenu en prison mais sous le coup de nouvelles mises en cause. 

C’est une notification rouge I-24/7 d’Interpol qui révéla l’identité réelle d’Al Ouafi Ould Abbas. Agé de 52 ans, le fils de l’ancien secrétaire général du FLN est recherché par un mandat d’arrêt international lancé le 15 Janvier 2020 pour blanchiment d’argent. Il faut se rappeler que le fils Ould Abbassi a défié la chronique par l’affaire de la vente des places du parti FLN aux législatives de 2017.

Mais son nom surtout avait été cité dans le procès du coordinateur du renseignement sous Bouteflika, le général Bachir Tartag; condamné dans le procès de complot contre la sûreté de l’état lorsque le général Gaid Salah, aujourd’hui décédé, gérait la transition post Bouteflika..

Le vol organisé en bande familiale

Al Ouafi Ouled Abbas avait  été condamné par contumace par la justice algérienne à 10 ans de prison en septembre 2020. Son père, très proche du clan de bouteflika, croupit, lui, à la prison d’El Harrach pour détournement de fonds lorsqu’il était ministre de la solidarité nationale. Trois autres de ses fils ont été condamnés pour des faits similaires et sont toujours derrière les barreaux.

Au départ, es services de sécurités avaient arrêté en flagrant délit Al ouafi pour avoir vendu en devises et en dinars, des sièges d’élus aux législatives sous la bannière du parti « nationaliste » FLN. En dépit des preuves de son implication directe, Al Ouafi Ouled Abbas, arrêté en possession de 4,5 milliards de dinars et 200 000 euros avait réussi, bien que sous contrôle judiciaire, à quitter le territoire national par la frontière tunisiennes.   

Le général Tartag rattrapé par l’affaire Ouled Abbas

Bien que bénéficiant d’un acquittement par la cour militaire de Blida, le général Bachir Tartag alias Atmane, ancien chef des services des renseignements, est rattrapé dans l’affaire des enfants de Djamel Ouled Abbas. Il est accusé, par le juge du tribunal de la première région militaire, d’enfreindre la réglementation dans l’affaire d’Al Ouafi Ouled Abbas en dissimulant des informations lors de la perquisition effectuée au domicile de la famille de l’ancien SG du FLN et ministre de la solidarité nationale.

Lors de l’enquête, la somme de 4 milliards et 200 millions de centimes ainsi que 200 000 euros n’a pas été remise au service compétent comme le stipule la procédure. Pire, les sommes faramineuses ont été remises à Skander Ouled Abbas, le frère d’El Ouafi, qui sera condamné par la suite dans une autre affaire de corruption.

Un billard à dix bandes

Le plus cocasse dans ce dossier est l’origine des dénonciations. Après l’échec de sa tentative de fuite à l’étranger, le député milliardaire d’Annaba Bahhaeddine Tliba, très proche des enfants de feu le général Gaïd Salah, avait négocié un compromis avec la justice algérienne pour sauver sa tête, en balançant le dossier des ventes de candidatures FLN par le fils d’ouled Abbas. Il mentionnait  qu’il avait avisé le Général Tartag, alors patron des services du renseignement.

Mis en cause, le député Tliba qui a perdu son protcteur Gaïd Sallah s’accoutre de l’habit du lanceur d’alerte pour sauver sa peua  alors que sa fortune réalisée en un temps record soulève elle aussi des interrogations. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here