Algérie, la police réprime brutalement les manifestations

5
800
Partages

Le quadrillage des grandes villes algériennes, l’usage intensif de gaz lacrymogènes et l’interpellation de nombreux manifestants expliquent la participation limitée de la population aux manifestations du dimanche 24 février

Les services de sécurité ont empêché de manière très musclée ce dimanche après-midi un rassemblement que le mouvement représntatif de la société civile, « Mouwatana », voulait organiser sur la place Audin, Alger-centre, contre le 5e mandat brigué par Abdelaziz Bouteflika.

Les dirigeants de « Mouwatana » interpellés

Les forces de la police ont dispersé violemment les quelques centaines de manifestants qui ont répondu à l’appel de Mouwatana. Plusieurs leaders et membres de ce mouvement d’opposition ont été interpellés brutalement par la police, a-t-on encore constaté. Zoubida Assoul,  Sofiane Djilial et l’avocat Abdelghani Badi ont été embarqués par les forces de sécurité alors qu’ils avaient tenté de se rassembler pacifiquement.

Par ailleurs, l’entourage du seul candidat d’envergure qui se soit déclaré, Ali Ghediri, affirme que ce dernier aurait été enlevé pendant quelques heures par des militaires qui auraient neutralisé ses gardes du corps. On ne dispose pas, dimanche en fin d’après midi, d’autres précisions sur les conditions de cet enlèvement

L’appel des universités pour mardi

Le pouvoir visiblement tente de reprendre la main après le grand succès des marches de vendredi. Si l’armée en la personne de son chef, Gaïd Salah, a affiché une volonté d’apaisement, la police algérienne, formée et encadrée, ces dernières années, par le général Hamel, constant soutien du clan Bouteflika, semble fidèle aux vieilles méthodes répressives du régime. Autant les forces de l’ordre s’étaient tenues tranquilles vendredi, autant les consignes, aujourd’hui dimanche, privilégient la manière forte. Si certains espéraient ces derniers jours une fraternisation entre les forces sécuritaires et le peuple, un tel scénario n’est plus vraiment d’actualité.

Rebelote mardi. Les étudiants appellent en effet à manifester. La journée du 26 février devrait permettre d’évaluer le rapport de forces qui est en train de se créer à Alger entre les forces restées fidèles au président Bouteflika et celles qui demandent son départ .

Partages
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Slogman
Invité
Slogman

Ya Si Mohend, tu as raison de tenter de comprendre …. c’est Un parcours nécessaire pour tous ! Le problème est de savoir quelle « grille de lecture » adoptée pour un ensemble d’individus (40 millions) dans une merdja qu’on appelle Algerie … où les loups sont là ! Pour ma part, je décline la situation ainsi: – Impreparation à l’auto- détermination – Luttes internes au FLN – Avènement des fripouilles aux affaires du pays – Premier tour de manège pour le peuple avec Benbella – Second tour avec Boumediene avec naissance d’illusion de bonheur …. sans bosser – Troisième tour de manège avec Chadli – Quatrième tour de manège avec les fantômes – Cinquième, sixième, septième, huitième et bientôt neuvième tour avec Moustache le Nain Alors descendez du manège maintenant avec vos vertiges des hausses des prix et de la misère morale, intellectuelle et matérielle pour découvrir que les Algériens e… Lire la suite »

Bendekka
Invité

Seule Franceinfo a vu juste on écrivant un article avec un titre « Les manifestations s’amplifient contre le clan qui entoure Bouteflika ». Pour une fois, un journaliste voit vrai. Le titre de l’article dénote que FRANCEINFO a bien compris le sens de ces manifestations et de cette colère. Les algériens qui respectent leur Président et prient Dieu pour lui accorder santé et longue vie, ne veulent pas de cette mafia qui l’entoure. C’est elle qui l’a rendu malade.

Mohend
Invité
Mohend

Il faut arrêter de rêver, le vendredi pour la plus part n’ont rien a voir avec la politique comme aime dire les faux citadins algériens « ana khatini el bolitique », à Bejaia par exemple, se sont des fans du club chauffés à blanc après une défaite concédée à domicile, A El Taref se sont les anciens de l’armée qui manifestent pour leurs droits, ils l’ont dit d’ailleurs qui n’ont rien à voir avec les manifs contre Boutef, ou sont les opposants en Algérie, tous ont des députés et des sénateurs, tous ont des mairies, tous ont des privilèges divers et variés octroyés par le régime, pour la plus part ont été de haut responsable qui ont brillé par leur zèle à l’image de Benflis et Benbetour, peut on sérieusement prendre part au vol et au racket et accusé l’autre tout en se délivrant a soi même un blanc-seing, peut on vraiment… Lire la suite »

MERABET
Invité
MERABET

FOAPEL AUX FORCES DE LORDRE POLICE GENDARME DRS MILITAIRE NOUBLIER PAS QUE NOUS SOMMES TOUS DANSLAMEME MARMITE NE VOUS LAISSER PAS UTILISER COMME DES BTRBIS GALEUSE ET CHERS A CANONS POUR DEFENDRE CES INGRATS VOLEURS DESTRUCTEUS DE LA NATION RELEVER LE DEFIOS DES PROMESSES FAITE A NOS CHOUHADAS ET RSTER NEUTRE ENVERS LE PEUPLE CAR VOTRE AVENIR ET CELLES DE VOTRE FAMILLES ET ENFANTS ET EN JEUX AUSSI BAR VOUS ETES TOUS ENFANTS DE PEUOLE ET CE CHERS PAYS

MERABET
Invité
MERABET

he oui cetait prevu quil yaurait un retourne ment par les foces de secuiter contr le peuple afin dessayer de mettre le oays dans e chaos et profiter de lamanne dargent qu rst meyttre lapays a genou et prendre la fuite maise cette nous avont des otages ntre nos mains nous aussi toutes la proginetures etceux qui rsident a letranger albassadesetcpmis deles envor un aun dans des cerceui ilfaaut djabhet el inkadaou el mout des moudjahidinnes eoparpiller partout dans le monde qui on fait un pacte sils touche s au peuple cette fois i le regretteront jusqua leur tombes