La France prend acte du projet de cinquième mandat de Bouteflika

6
1072
FILE PHOTO: Algerian President Abdelaziz Bouteflika is seen in Algiers, Algeria April 9, 2018. REUTERS/Ramzi Boudina/File Photo
Partages

Opposée ces dernier mois à l’option d’un 5e mandat du président algérien totalement diminué, la diplomatie française est condamnée à réviser sa copie face à l’annonce de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika.

La France a approuvé officiellement le scénario du 5e mandat à la suite de plusieurs pourparlers entamés au plus haut niveau par des émissaires dépêchés depuis Alger à Paris. Primus inter pares, le frère du Président et vice roi, Said Bouteflika, accompagné par le chef de la garde présidentielle, le général Ben Ali, un des rares hauts gradés fidèles à la Présidence, se serait lui même déplacé en France.

Selon des sources citées par notre confrère « Maghreb Intelligence », une candidature d’Ahmed Ouyahia, actuel Premier ministre algérien, qui a été longtemps soutenue par Paris, a été jugée dangereuse, compte tenu des oppositions du haut commandement de l’armée algérienne à un tel scénario. Depuis le début de l’année 2019, Xavier Driencourt, l’ambassadeur de France en Algérie, a multiplié les rencontres pour disséquer l’option du 5e mandat. Et dans ses notes envoyées à l’Elysée, évoquées par notre confrère, le diplomate recommande de préparer un véritable processus de transition pour régler la crise de succession de Bouteflik, par la nomination d’un vice président. 

Où on reparle d’un vice président

Reste que la peur d’une disparition subite d’Abdelaziz Bouteflika terrifie les diplomates français. Et pour parer à cette situation,  Maurice Gourdault-Montagne, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, a fortement suggéré à Emmanuel Macron de beaucoup insister auprès de ses interlocuteurs algériens pour mettre rapidement en place de vice-président.

Le message a été reçu. Dans sa déclaration de candidature, Abdelaziz Bouteflika a promis un changement rapide de la constitution. Il reste que les « décideurs » algériens qui n’ont pas réussi ç se mettre d’accord sur un candidat consensuel pour succéder à Bouteflika auront le plus grand mal à trouver la bonne personne pour occuper le poste de vice président, surtout si celui ci a vocation à devenir le président de l’Algérie, et cela sans élection!.

Partages
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Le Retour de la Bete
Invité
Le Retour de la Bete

Je propose l’instaurarion d’une monarchie. Rien que ca… Avec un Roi de droit divin (moi meme…of course!). Le glorieux et epique Royaume d’Algerie, une entite etatique et souveraine d’un territoire divise en prefectures. Chacune de ces prefectures aura a prefet nomme par le Roi ‘lui-meme. Tous les fonctionnaires du Royaume a tous les niveaux de la hierarchie et a travers toutes les juridictions et domaines de competence: prefets, chefs de police, ministres, secretaires d’etat, directeurs des impots, etc., seront toujours choisi parmi le peuple selon l’ordre du merite et de l’excellence. On mettra en place un systeme national d’examination (inspire du systeme d’examination en Chine Imperiale…2000 ans d’experience!) pour selectionner, former et recruter la creme de la creme des fonctionnaires. Un Royaume certes, mais administre avec une certaine rigidite republicaine et quelque peu laique. Ah mais alors vous me diriez que c’est un oxymoron! He bien moi je repond que… Lire la suite »

Mourad
Invité
Mourad

L’est de l’Algerie va s’allier avec led kabyles pour deloger les derniers membres du clan de Tlemcen 2. Le general DeGaulle disait tout le bien de ce clan tellement il lui est totalement infeode. Quant au pseudo general Ben Ali qui est de Tlemcen aussi il sait que son avenir ne tient qu’a un fil. Les vrais algeriens de souche vont reprendre le controle c’est irreversible.

algérois Algérie
Invité
algérois Algérie

Bonjour Je suis algérien et je voterai sans hésiter pour monsieur Bouteflika, comme des millions de mes compatriotes. Le président Bouteflika est un individu honorable, un homme politique intègre et patriote, un dirigeant compétent et respecté par ses pairs. La France n’a ni a approuver ni a réprouver ni a prendre acte ni rien du tout. Tout au plus les autorités françaises peuvent, si elle le choisissent, avoir la courtoise de féliciter le ou la personne qui remportera les élections chez nous. Le contenu de ce papier est un tissu de rumeurs sans aucun fondement. Driencourt n’est pas en odeur de sainteté à Alger, il est rarement reçu par qui que ce soit qui compte, et nous n’avons que faire de son avis s’il en a un, ce dont je doute. Pour ma part, je suggère à monsieur Macron de créer un poste de vice president en France. Vu sa… Lire la suite »

Meskol
Invité
Meskol

Au moins nous aurons une face cachée dévoilée qui saura répondre de ses actes
( Dans le cas d’un vice-président)

Mohend
Invité
Mohend

La France fidèle à ses propres intérêts et à sa tradition de défenseur des droit de l’hommisme et l’hommiste, approuve et approuvera tout le temps et tous les temps ce que le régime algérien décide et décidera à partir du moment où ses intérêts sont préservés, un haut responsable américain a déclaré un jour que la « démocratie » est tolérée même « acceptée » dans les autres pays en d’autre termes « les pays anciennement colonisés » tant que cette dernière ne remis pas en cause leurs intérêts vitaux, il suffit juste de voir ce qui se passe au Venezuela, où Macron demande le départ du président élu même si Madurro est très mauvais sur tous les plans, alors que le même jeune président soutien MBS et le Maréchal Sissi deux tyrans dirigeant leurs pays respectifs d’une main d’enfer, le seul responsable dans notre est le pseudo peuple algérien,… Lire la suite »

Ferkous
Invité
Ferkous

Quand la voix du peuple Algérien devient synonyme d’Epsilon.