Algérie, Ali Haddad drague les entreprises françaises

Partages

C’est une première. Ali Haddad, le patron du Forum des Chefs d’entreprise (FCE), le principal patronat algérien, qui a largement perdu le soutien de la Présidence algérienne, a publié une longue tribune dans les colonnes du quotidien français « Les Echos » pour convaincre les investisseurs étrangers de venir s’installer massivement en Algérie. 

“Toutes les entreprises présentes en Algérie sont unanimes. Leur succès rapide a tenu à une raison principale : celle d’avoir décidé de s’installer alors que d’autres s’interrogeaient encore. Entreprendre en Algérie ou avec l’Algérie, c’est vraiment maintenant !”, affirme ainsi dans sa tribune le milliardaire algérien qui veut séduire les investisseurs français pour les ramener en Algérie.

“Quatrième économie du continent africain avec des gisements d’investissements importants qui ne sont pas encore exploités, l’immensité du pays, la taille de sa population (40 millions) et sa stabilité en font un des marchés les plus attractifs de la Méditerranée”, a-t-il développé encore pour rassurer des investisseurs français découragés par les problèmes et dysfonctionnements internes de notre pays.

“L’Algérie renferme aussi dans son sous-sol 20 % des réserves mondiales des « terres rares », un groupe de métaux dont les propriétés sont très recherchées dans de nombreuses applications de pointe et base essentielle de l’industrie des hautes technologies”, a estimé le milliardaire algérien qui se donne à un exerce très difficile, à savoir celui de gommer la très mauvaise de l’Algérie à l’étranger.

Partages
Previous articleKemi Seba: Libérez Biram, le leader anti esclavagiste
Next articleTunisie, les guerres secrètes américaines
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)