Alger, le président Tebboune en quête d’un soutien politique

Partages

Le nouveau président algérien, Abdelmadjid Tebboune, multiplie les gestes d’ouverture en recevant des personnalités reconnues du sérail politique algérien comme Mouloud Hamrouche, ex Premier ministre, ou Taleb Ibrahimi, ancien ministre des Affaires Etrangères de Boumedienne et de Chadli. Un début d’ouverture ?

Un mois après son élection, le président Abdelmadjid Tebboune a réussi, ce lundi 13 janvier, une bonne opération politique en rencontrant l’ancien chef du gouvernement Mouloud Hamrouche et l’ex-ministre des Affaires étrangères Ahmed Taleb Ibrahimi, deux figures respectées par le Hirak et par l’ensemble de la société politique algérienne.

Une amorce de dialogue

Tebboune avait déjà reçu deux autres figures respectées par le mouvement populaire : Ahmed Benbitour et Abdelaziz Rahabi. Des rencontres qui entrent officiellement dans le cadre du processus de dialogue engagé par le chef de l’État dont les contours ne sont pas encore connus.

En d’autres termes, le nouveau président algérien, élu avec une abstention de plus de 80% des Algériens, d’après les sources de Mondafrique, tente de refonder une façade politique crédible. Le maintien des principaux ministres régaliens nommés par Bouteflika dans la nouvelle équipe gouvernementale fait pourtant douter de ses marges de manoeuvre face à une institution militaire plus fermée que jamais au renouveau de la vie démocratique algérienne.

Le blocage d’internet

Le blocage d’internet par les généraux algériens, qui affecte des medias aussi différent dont TSA, Algérie Part ou Mondafrique, aurait couté 200 millions de dollars à l’économie. De façon sournoise, le pouvoir en Algérie ralentit le débit d’internet, souvent en fin d’après midi pour restreindre la visibilité des sites et des réseaux sociaux. Sur un site comme Mondafrique par exemple, les articles concernant l’Algérie étaient particulièrement lentes à être chargées par les internautes en décembre dernier, du moins d’après les retours d’expérience de Google Analytics.

Tout récemment, le pouvoir algérien a interpellé avant de le relâcher Khaled Drareni, représentant de Reporters sans frontières et un des animateurs du site « Maghreb Emergent » qui de l’avis général fonctionne de façon totalement indépendante et professionnelle.

Le web master de 26 ans devenu ministre

A la surprise générale, Yacine Oualid est devenu le ministre délégué aux starts ups dans le nouveau gouvernement algérien nommé par le président Tebboune.

Des starts up, ce jeune web master de 26 ans ne connait rien et son CV est à peu près vide. A l’exception d’une longue collaboration avec le site d’opposition « Algérie Part », dont le créateur contesté, Abdou Semmar, a du, cet automne, se réfugier en France après un séjour en prison

Le principal mérite de Yacine Oualid semble bien d’avoir « lâché » son ancien patron désormais réfugié à Paris.

Selon nos informations, il aurait accepté de collaborer avec les services algériens pour leur livrer les archives et les codes de quelques sites d’information, dont « Algérie Part », auxquels il avait collaboré.

La proximité avec le pouvoir reste en Algérie le meilleur accélérateur de carrière !

Partages

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de