Algerie, Abdelmalek Sellal, favori pour le poste de vice-président

Partages

L’annonce que la candidature d’Abdelaziz Bouteflika annonçait la création d’un poste de vice président de la République algérienne a vu naitre de nombreuses vocations

A peine connue la candidature du président algérien, Abdelaziz Bouteflika, pour un cinquième mandat et dévoilée la création d’un poste de vice président, les ambitions se sont aiguisées dans l’entourage du clan Bouteflika. Ancien Premier ministre aussi transparent qu’inconsistant, Abdelmalek Sellal, qui vient d’être nommé directeur de campagne de Bouteflika, semble aujourd’hui le favori pour être nommé à de telles fonctions de vice président, qui lui laissent l’espoir de remplacer le Président réélu s’il décède.

Et cela sans élections, ce qui en fera un chef de l’état illégitime et rendra définitivement illusoire la conversion de l’Algérie à la démocratie..

La fidélité au clan Bouteflika

« Le principal atout de Sellal, personnage transparent et sans charisme, note un ancien ministre algérien, est qu’il représente le maillon le plus faible du système ». Et cela pour deux raisons au moins. La première est qu’il doit sa carrière au clan Bouteflika, même s’il a été soutenu au départ par l’ancien DRS (services algériens) dont l’onction était indispensable à tout parcours politique.

La seconde qualité d’Abdelmalek Sellal est d’être totalement « tenu » par l’affairisme de sa famille proche ». On sait en effet que son épouse a toujours eu un gout immodéré pour les affaires, notamment dans le sud du pays, et que sa propre fille possède un appartement à Paris près des Champs Elysées.

Enfin, note un diplomate à Paris, « Sellal présente aussi l’avantage d’être agréé par « le Hibz França » (« Le parti de la France »). Premier ministre durant le quinquennat de Hollande, il a toujours été très proche de l’Elysée. L’option du 5eme mandat n’a été acceptée par Paris qu’au prix d’un certain nombre de garanties. La possible nomination de Sellal dans les fonctions à venir de vice-président a beaucoup pesé dans la balance.

La trahison, une deuxième nature

Encore que au sein du sérail politique algérien, la trahison est devenu la règle et les promesses n’engagent que ceux qui y croient. La course à la vice présidence qui est le véritable enjeu aujourd’hui alors que l’élection ne fait que commencer, ne fait que débuter.

Partages
Previous articleAlgérie, une conférence sur la fin tragique de Abane Ramdane
Next articleCes résistants kabyles qui sauvaient les juifs
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Moha
Invité
Moha

Les mêmes pions de l’échiquier et on refait la partie. Le problème est que ce jeux dure depuis 62 !

Hizb Dzaïr
Invité
Hizb Dzaïr

Quand vous évoquez l’aval de la France pour le 5ème mandat ou pour Sellal comme vice-président, mes yeux pleurent des larmes de sang et ne peux pas m’empêcher de penser à nos valeureux martyrs qui se sont battus comme des lions pour que, justement, l’Algérie soit indépendante. Pauvre Algérie.

ados
Invité

La continuité de c est dictature bouteflikaine FLN voleur un vieillard Abdelazize bouteflika inapte paraphégique inconconcient incapable de parler de marché de recevoir c est homologues étranger restera au pouvoir et ou n Vice Président Sellal pour garantir les ou intérêt personnel privilège de c est voyous voleur corronpue FLN armé et des affairistes magouilleur voleur corronpue

ados
Invité

C est dictature bouteflikaine FLN c est voyous voleur corronpue leur seule intérêt personnel continuer à diriger algerie garder leur privilège leur bute enrichir eux et leur entourage familliale les enfants femme qui possède des biens immobiliers aquis frauduleusement avec argent des revenus pétroliers gazier un vieillard Abdelazize bouteflika inapte paraphégique inconconcient incapable assumer les prérogatives de président seras reconduit dès le premier tour comme toujour avec encore un score farfelu de 85% pour monter que le peuple à voté pour ce minable vieillard Abdelazize bouteflika inapte élections présidentielles sans aucune transparence truqué d avance un vice président Sellal pour continuer ce système politique corrompue garantie les intérêts de c est voyous voleur corronpue FLN leur affaire avec des affairistes escroc magouilleur proche du cercle de ce pouvoir algérien ce sont pas des patriotes mais des traites harkis qui ne pense qu’à eux et leur intérêt personnel privilège aucun espoir… Lire la suite »

Mohend
Invité
Mohend

Avec cette bande au pouvoir, les algériens boiront le calice au-delà de la lie.

Denni
Invité
Denni

Quoi attendre de nos leaders, qui vont chercher, sans exception, leurs lettres de crèances à Paris, où une autre capitale? Il se valent tous!A se demander si c’est du sang qui coule dans leurs veines! Qu’ils soient maudits!