Alexandre Djouhri extradé vers la France

Partages

Le tribunal londonien de Westminster a ordonné mardi l’extradition vers la France de l’homme d’affaires Alexandre Djouhri, protagoniste clé de l’enquête française sur le financement libyen présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

« J’ai ordonné votre extradition vers la France », a déclaré la juge Vanessa Baraitser, ajoutant que M. Djouhri avait sept jours pour faire appel avant que l’ordre d’extradition ne soit exécuté.

M. Djouhri a immédiatement annoncé que c’était son intention.

« Je m’y attendais, il n’y a pas de surprise », a-t-il déclaré à la presse à la sortie du tribunal. « C’est une mascarade absolue », a ajouté l’homme d’affaires, accusant les juges français d’avoir « inventé une fuite pour pouvoir m’arrêter à Londres ».   

« S’ils avaient quelque chose à me reprocher, ils me convoquent dans les règles », a ajouté M. Djouhri, s’appuyant sur une canne, vêtu d’un costume et d’un manteau sombres.

Convoqué à plusieurs reprises par la justice française, l’intermédiaire de 60 ans avait été arrêté en janvier 2018 à l’aéroport londonien de Heathrow, en provenance de Genève, en vertu d’un mandat d’arrêt européen émis par la justice française, notamment pour « détournements de fonds publics » et « corruption ».

Partages
Previous articleDossier Djouhri, les petits arrangements du juge Serge Tournaire
Next articleNouakchott, capitale africaine de la criminalité
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)