Abou-Bakr Mashimango, partisan de la lutte armée et enseignant à Bangui

Partages

La Centrafrique est devenue ce pays étrange où la frontière est ténue entre les groupes armés, la vie universitaire et l’engagemetn humanitaire, comme le montre le parcours acrobatique de Abou-Bakr Mashimango

Abou-Bakr Mashimango est un citoyen rwandais qui a poursuivi ses études universitaires en France jusqu’au diplôme de docteur l’Université Lyon III après avoir soutenu une thèse en 2010 sur le thème suivant, « Transnationalisme éthique états et conflits armés. » Il est l’auteur de trois livres paru ensuite aux éditions l’Harmattan: La dimension sacrificielle de la guerre (2012), Les conflits armés africains dans le système international (2013), Violences et conflits en Afrique des Grands lacs (2015).

De l’humanitaire aux groupes armés

Mashimango a commencé à travailler en Centrafrique en Octobre 2014 pour une mission d’un an à la Croix-Rouge Française à Bangui, puis  au sein de l’ONG INSO pendant six mois depuis Bambari. Il devient ensuite chef de mission pour l’ONG Triangle Génération Humanitaire (TGH) fonctions qu’il occupera pendant trois ans de mars 2016 à mars 2019.

Alors qu’il est employé par cette ONG Triangle, il collabore discrètement avec le groupe armé Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC). Dénoncé pour ses accointances avec des membres de ce groupe armé, Mashimango est confronté par sa hiérarchie à laquelle il se confesse indiquant qu’il a outrepassé son rôle parce qu’il s’est senti culturellement proche de la lutte que mène la Seleka en Centrafrique.

Les observateurs de la vie politique Centrafricaine avaient d’ailleurs le style soutenu des communiqués du FPRC dès l’été 2018… Mashimango est alors discrètement licencié par l’ONG Triangle qui tente d’étouffer cette embarrassante affaire qui pourrait potentiellement impacter le financement des activités de cette ONG en RCA. Mashimango rentre ensuite quelques semaines en France puis il réapparait à Bangui en mai 2019, prenant une villa en location à Miskine et achetant un véhicule pour ses déplacements. Il indique alors à ses interlocuteurs à Bangui être là pour ses activités commerciales personnelles et le développement d’activité de sa société de conseil « M&M consulting Team. »

Dans la foulée, le 24 mai 2019, un communiqué du FPRC annonce sa nomination comme « conseiller spécial à la Présidence du FPRC chargé des relations avec les institutions nationales et internationale » pour représenter Nourredine Adam à Bangui. Il est aujourd’hui surprenant de noter que celui qui représente officiellement le groupe armé FPRC continue aujourd’hui tranquillement d’enseigner chaque semaine aux élèves du Master 2 « gestion, règlement et prévention des conflits » à la faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université de Bangui.

Partages

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de