Algérie, Hadj-Nacer: « sortir du face à face entre l’armée et du peuple »

Partages

Pour sortir de l’impasse politique dans laquelle se trouve  l’Algérie, l’ancien gouverneur de  la Banque d’Algérie,  Abderrahmane Hadj-Nacer, propose, dans un entretien très riche avec  nos confrères de Radio M  “la  mise  en  place  d’un comité  de  sages  représentatif”, un scénario que Mondafrique avait évoqué (voir ci dessous).

L’armée algérienne prépare l’après Tebboune

De  plus  en  plus  de  partis  politiques  et  de  personnalités  nationales évoquent la nécessité pour le pays d’aller vers une période de transition afin de sortir de la crise  politique. Outre certaines formations  politiques, des personnalités,  à  l’image  d’Abderrahmane  Hadj-Nacer,  ancien  gouverneur  de  la  Banque  d’Algérie,  proposent  une  période  de  transition  qui  sera  managée  par  un  groupe  de  personnalités.

Dans une intervention sur Radio M,  l’ancien gouverneur de la Banque d’Algérie  Abderrahmane  Hadj-Nacer  propose  de  “confier  le  pays à thajmaât”, un  “comité  de  gestion”  dans  lequel  “nous  trouvons  suffisamment  de représentativité de courants et d’âges”. Il a précisé qu’il ne parle pas d’un “Conseil national de transition”.

Plus précis, l’ancien gouverneur de la Banque d’Algérie indiquera qu’il s’agit d’un groupe restreint de quatre à cinq personnes à leur tête une personnalité reconnue pour sa sagesse, car “nous avons besoin de sagesse”, a-t-il insisté. “Nous avons besoin de quelqu’un qui puisse parler à la population”.

Cette dernière “a perdu confiance, elle en a marre des promesses”, a-t-il dit. Abderrahmane Hadj-Nacer ajoutera que la mission de ce groupe sera de faire des  propositions  pour  une  “nouvelle  organisation  politique”,  des  projets économiques  et  des  projets  d’institutionnalisation  qui  “représentent  la population aujourd’hui”.

Mais cela doit être proposé  directement  au  peuple, préconise l’orateur. “La population a évolué. Nous avons une classe moyenne intelligente. C’est un peuple conscient et cela a été prouvé au Hirak, il faut avoir confiance en lui”, a-t-il dit.

Partages