A Alger, « les fils de » ont le vent en poupe

Partages

Depuis sa prise de contrôle de l’opérateur Djezzy en 2010, Vimpelcom, le géant russo-norvégien des télécoms, est devenu le premier opérateur de téléphonie mobile en Algérie avec un parc qui dépasse dix huit millions d’abonnés. Djezzy vient de lancer un appel d’offres pour sélectionner l’agence de communication qui doit s’occuper de la gestion de son image de marque. Dans cet appel d’offres, que Mondafrique a pu consulter, il était clairement précisé que les candidats potentiels doivent prouver qu’ils sont présents à l’international et qu’ils ont travaillé auparavant avec les filiales de la maison mère. Or ce critère n’a guère été pris en considération lors de la récente annonce de l’heureux gagnant. Le bénéficiaire du marché juteux de Djezzy s’appelle toujours… « Allégorie », bien que cette société travaille exclusivement en Algérie. Il faut dire que le patron de la boite, Marhoun Rougab, est le fils de Mohamed Rougab, l’ex-conseiller et secrétaire particulier d’Abdelaziz Bouteflika. Officiellement mis à la retraite en 2014, Mohamed Rougab a fini par devenir l’un des hommes de confiance du président Algérien. Son influence et son lobbying ont-ils joué dans le choix d' »Allégorie » par Djezzy? La question mérite d’être posée.  Une certitude, « Allégorie »  n’était pas le premier choix des managers de Djezzy. Le DG du groupe, le français Vincenzo Nesci, a expliqué à ses actionnaires, apprend-on de source interne, qu’il ne serait pas judicieux d’enlever le « gâteau » au fils de l’ancien secrétaire particulier de Bouteflika. Reste aux concurrents d' »Allégorie » à sécher leurs larmes.

Partages