Les jeux de la francophonie à Abidjan: un discret enterrement

Grande inquiétude à Abidjan, ce vendredi soir, à la veille de l'ouverture des Jeux de la Francophonie. Des troubles sont redoutés

Partages

Abidjan accueillera, du 21 au 30 juillet 2017, les VIII ème Jeux de la Francophonie. Que ce soit sur le terrain ou à l’Organisation internationale de la Francophonie, ce n’est pas la joie.

Menaces sécuritaires

Il y a bien sûr la question sécuritaire qui est dans tous les esprits. Les Ivoiriens n’ont pas oublié, ce 13 mars 2016, lorsque la cité touristique de Grand-Bassam fut frappée par un horrible attentat, faisant 19 innocentes victimes. Il y a aussi la chienlit des militaires, démobilisés ou non, qui n’en finissent plus de manifester, pour obtenir des primes que d’autres ont facilement obtenues. Dans la nuit du 14 au 15 juillet 2017, des tirs de semonce ont encore été entendus à Abidjan et Korhogo, faisant quelques victimes supplémentaires.

La réconciliation nationale est encore loin d’être faite. Les Jeux de la Francophonie seront-ils mis à profit pour remettre en marche le vouloir-vivre collectif ? Rien n’est moins sûr.

La francophonie pervertie
Il y a ensuite l’OIF qui pose question. Les Africains ont toujours en travers de la gorge, la décision du Président Hollande de soutenir la candidature de la canadienne Michaelle Jean au poste de Secrétaire générale de l’OIF. Au Canada , comme vient de le révéler Mondafrique, le train de vie fastueux de Mme Jean alimente le rejet de cette habile politicienne qui se prend pour un chef de l’État.
En revanche, sur la scène internationale et notamment en Afrique, l’OIF est totalement absente. Quelle différence avec Abdou Diouf  ! Les voyages et déclarations sans lendemains de Me Jean ne font pas une politique. Le charme a ses limites. A quoi sert désormais l » OIF ?
Des dépenses sans justification
Le statut privilégié des fonctionnaires de l’OIF, professionnels des perdiem et des  » séminaires de sensibilisation  » n’est-il pas devenu anachronique ? Les dépenses occasionnées par ces Jeux de la Francophonie, avec des appels d’offres qui feront l’objet de contrôles a posteriori, alimenteront probablement la défiance envers cette OIF qui a perdu la place qui lui revenait en Afrique.
Dans son souci d efficacité, le président Macron demandera probablement un bilan des activités de l’OIF et un rapport coût/ avantage de cette organisation. N’a t-il pas déjà supprimé la structure gouvernementale dédiée à la Francophonie? Même pas un secrétariat d’État de plein exercice ne figure dans le gouvernement français. Une grande première !
Certes, en tant que de besoin, le Secrétaire d’État est un cettaine Jean-Baptiste Lemoyne, ancien sénateur connaissant bien l’OIF et interlocuteur de Mme Jean. Mais la Francophonie figure parmi les autres  dossiers subsidiaires que le ministre des Affaires étrangères, jean-Yves Le Drian, ne considère comme prioritaires.
Déjà, à Paris, on s’interrogé sur l’utilité d’organiser des Jeux de la Francophonie alors qu’il y a tant à faire dans les médiations des crises africaines.
Les Jeux d’Abidjan seront-ils les derniers organisés par l’OIF?
258PARTAGES
1
17

Inspirée par le futur.

Profitez de l’Audi A3 Sportback à partir de 320 € / mois sans apport

 

 

Partages