Les faveurs des Emiratis pour Nouakchott

Partages

Les services de Sécurité des Émirats Arabes Unis (EAU) a procédé à l’arrestation de l’opposant et poète mauritanien Abdallahi Ould Sidi Mohamed Ould Bouna, 54 ans, résidant à Dubaï depuis quelques années.

L’interpellation soudaine de l’opposant mauritanien, Abdallahi Ould Sidi Mohamed Ould Bouna, résulterait, d’une demande des autorités de son pays, qui lui reprocheraient la constance et la virulence de ses critiques envers le Président de la république, par la diffusion de messages de plus en plus réguliers et hostiles sur l’application WhatsApp. Cet opposant est un sympathisant du mouvement IRA qui, dans sa dénonciation courageuse de l’esclavage en Mauritanie, est en conflit ouvert avec le pouvoir de Nouakchott, confronté à une contestation grandissante

La diplomatie du portefeuille

Les  proches du poète mauritanien qui avait pris ses quartiers à Dubai, un des sept entités des Emirats Arabes Unis, depuis plusieurs années assurent qu’il serait détenu dans un centre de police de la ville de Ajman où il habite. Un conseiller à la Présidence en Mauritanie et un membre de la famille du chef de l’État se seraient personnellement déplacés pour obtenir l’extradition de Abdallahi Ould Sidi Mohamed Ould Bouna.

Les mêmes sources précisent que l’administration émiratie a établi, au nom du prisonnier, un titre de voyage d’une validité de 15 jours, dans le but de favoriser l’imminence de son extradition. Clairement, l’opposant risque de retour dans son pays la torture ou l’élimination physique. Or Abdallahi Ould Sidi Mohamed Ould Bouna n’est coupable d’aucun crime ni délit. D’ailleurs, nulle instance judiciaire de son pays ne lui signifie, jusqu’ici, une quelconque poursuite.

Pourquoi les Emiratis qui tentent de se forger une image moderniste en achetant au prix fort des marques porteuses d’ouverture au monde intellectuel et artistique comme le Louvre ou la Sorbonne, prendraient ils le risque de violer leurs engagements internationaux en extradant un innocent?  La raison en est simple.  Dans le conflit qui oppose aujourd’hui les Emiratis et les Séoudiens d’un coté et les Dataris de l’autre, le pouvoir mauritanien a pris parti, contre toute attente et malgré de bonnes relations avec Doha, pour les premiers. La diplomatie du portefeuille que pratique les deux pays forts du Golfe, Arabie et Emirats, a payé auprès du président mauritanien Aziz, un homme qui comprend les arguments sonnants et trébuchants. Quitte à poignarder ses amis de toujours comme il l’a fait notamment durant le printemps arabe avec les Libyens, mais pas seulement.

L’argent roi, les droits humains piétinés…On ne compte pmus les dégâts collatéraux que fait peser le conflit entre les frères ennemis du Golfe sur l’ensemble du monde arabe et africain.

LIRE AUSSI SUR LA DIPLOMATIE DES SEOUDIENS

“Le leadership compulsif” des Séoudiens

Partages
Publicités