Les Béninois, grands absents de la Force mixte multinationale

Partages

Annoncée bruyamment par l’ex-président béninois Thomas Boni Yayi, la participation du Bénin à la Force mixte multinationale (FMM) mise en place pour combattre Boko Haram se fait toujours attendre. Aucun militaire ou policier béninois n’a rejoint le quartier général à N’Djamena de la force composée de soldats camerounais, nigérians, nigériens et tchadiens répartis dans les quatre secteurs que devraient occuper la FMM. Après le départ de Yayi Boni du pouvoir, le Bénin avait décidé de ne pas envoyer d’unités combattantes, mais du personnel des forces de sécurité chargé de protéger des lieux stratégiques (siège de la Commission du Bassin du Lac Tchad) et quelques personnalités civiles et militaires. Cette promesse n’a pas encore été tenue.

Partages