2017, l’année de la Chine en Algérie

A l'image d'Hamid Melzi, l'influent patron de la résidence d'Etat du club des pins, quelques "décideurs" algériens ont fait fortune grace aux liens privilégiés qu'ils ont tissé avec les groupes chinois.

Partages

Puissant et bien introduit, le lobby chinois en Algérie permet à quelques groupes de dominer le marché algérien. Des acteurs politiques et affairistes très influents activent pour conclure des affaires juteuses avec les partenaires chinois. Le porte-parole dle plus connu et influent de ce lobby s’appelle Hamid Melzi. L’influent patron de la Résidence d’Etat du Club des Pins est le principal intermédiaire des boites chinoises en quête de contrat juteux en Algérie. A l’image de CEIEC, Huawei, ZTE et d’autres compagnies chinoises. Dans les travaux publics, grâce à Melzi, plus personne ne peut concurrencer les sociétés chinoises. Logements, infrastructures publiques, Grande Mosquée d’Alger, futur port de Cherchell, etc., les entreprises chinoises ont tout raflé. Même si son influence a été ébranlée à la suite du départ de son protecteur, le général Toufik, Melzi est revenu en force.

Said Bouteflika dans l’ombre

Cependant, le lobby chinois en Algérie ne se repose pas uniquement sur Hamid Melzi. Les Bessa, une influente famille qui s’est imposée dans les affaires et les arcanes de la politique. Un promoteur immobilier qui bénéficie de tous les avantages pour construire les plus belles promotions immobilières d’Alger, un autre Bessa qui a dirigé une importante banque publique Algérienne, la CNEP et enfin la fameuse Farida Bessa, la directrice de communication de la Présidence de la République, réputée pour être proche de Saïd Bouteflika.

Avec tous ses réseaux, cette famille a tissé des liens stratégiques avec des entreprises chinoises qui développent des affaires florissantes en Algérie.

Huit milliards d’exportations

De nombreux cadres du secteur de l’Habitat roulent pour le lobby chinois et militent en sourdine pour les intérêts des entreprises chinoises comme Lyes Benidir, l’ancien directeur de la très importante Agence nationale d’amélioration et développement du logement (AADL) qui gère le plus important programme de logements publics en Algérie. L’ensemble de ces lobbyistes rencontrent régulièrement l’ambassadeur chinois et ses responsable des affaires sécuritaires et économiques. Les chinois tentent chaque année d’agrandir leur lobby en séduisant les députés, les sénateurs. Des voyages organisés en Chine sont programmés régulièrement.

Devenue ces trois dernières années, le premier partenaire commercial de l’Algérie avant la France avec 8,22 milliards de dollars de marchandises exportées vers l’Algérie en 2015, la Chine s’installe durablement au pays de Bouteflika.

Partages